Comment j’ai trouvé la cause de ma dermite séborrhéique

Après un asthme allergique à l’âge de cinq ans provoqué par les acariens, une sinusite allergique à l’âge de quinze ans également provoquée par les acariens, j’ai brusquement eu une réaction rouge du visage de part et d’autre du nez, sur le menton et le front alors que je n’avais que seize ans. La réaction apparaissait pour desquamer ensuite et réapparaître régulièrement.

J’avais observé que mon père avait la même réaction depuis son adolescence ainsi que mes frères et ma soeur cependant pour ceux-ci avec une  intensité moindre.

J’ai ensuite remarqué que mon père fumait son cigare dominical tout en ayant cette réaction du visage.

J’ai finalement observé qu’en respirant de la fumée de cigares qui contient plus de nicotine que celle des cigarettes ma réaction au visage était beaucoup plus intense.

Plus d’infos sur:

http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/dermite-seborrheique-nicotine-dans

J’avais donc une dermatite familiale que je qualifiais au départ de dermatite atopique mais vu sa localisation précise au visage, il s’agissait bien d’une dermite séborrhéique.

Ensuite, un allergologue m’a testé la peau avec des extraits de tabac et la réaction positive a été rapide après seulement quinze minutes. D’autres tests allergiques avec le tabac et la nicotine précisément confirmèrent mon observation originale (Paris, Berne en Suisse et La Nouvelle Orléans aux USA)

Confirmation avec le contact des prêles sur la main et une réaction importante au visage:

20150506_144841

En 1984, j’ai voulu ôter sans gants… des prêles (Equisetum arvense L.) dans mon jardin et j’ai eu la surprise d’avoir une dermatite de la main droite et de l’avant-bras suivie d’une importante réaction au visage…Les prêles contiennent de la nicotine à faible dose confirmant mon observation avec l’inhalation passive de fumée de tabac:

Sudan BJL: Seborrhoeic dermatitis induced by nicotine of horsetails (Equisetum arvenseL.). Contact Dermatitis, 1984, 13, 201-202.