Par quelles étapes suis-je passé pour arriver enfin à une solution simple

Au début des années soixante-dix, il n’y avait que des crèmes corticoïdes aux effets secondaires importants (acné des corticoïdes par exemple) pour soulager ma réaction de la peau, la fumée de tabac était de plus présente dans tous les lieux publics.

 J’évitais systématiquement la fumée de tabac mais c’était peine perdue puisque les premières lois interdisant la fumée de tabac dans les lieux publics ne furent appliquées qu’à partir du 1er février 1987.

 J’ai essayé la désensibilisation avec des extraits de tabac qui a été efficace mais cette technique était beaucoup trop astreignante.

 Dans les années quatre-vingt, deux molécules, le kétoconazole (Ketoderm) et le succinate de lithium (Lithioderm) montrèrent une certaine efficacité sans les effets secondaires des corticoïdes.

 J’ai essayé de développer une crème contenant une molécule anti-allergique sans effets secondaires, le cromoglycate de sodium mais l’industrie pharmaceutique n’a pas voulu la mettre sur le marché. Cette molécule était très efficace contre l’asthme mais il ne fallait pas concurrencer les multiples crèmes !

Plus d’infos sur:

http://www.carevox.fr/medicaments-soins/article/dermite-seborrheique-et

 Je savais que l’eau de mer améliorait fortement ma dermite séborrhéique mais il fallait encore un peu de patience pour trouver une solution beaucoup plus simple pour toute l’année et pas seulement pendant des vacances trop brèves !